Aux 2 Colombes

Un mari …
Deux épouses …
Une nouvelle maîtresse russe…

 

le triangle amoureux du vaudeville bousculé par Sacha Guitry devient un quadrille frénétique !

 

LA PIÈCE

 

Un homme s’est remarié avec la jeune soeur de sa femme qu’il croit morte dans un incendie en Amérique latine. La prétendue défunte réapparaît vingt ans après et sème le trouble dans le nouveau ménage. Pressé par les deux femmes de choisir celle qu’il veut garder, il les congédie toutes les deux pour une mystérieuse troisième…

 

Une comédie d’une heure vingt-cinq.

AUX DEUX COLOMBES

De Sacha Guitry

GENRE DU SPECTACLE : THEATRE
Durée : 1H25

Mise en scène : Thomas Le Douarec
Assistant à la mise en scène : Judicaël Vattier

Avec :
Thomas le Douarec, Marie Delaroche, Marie Le Cam, Caroline Devismes et Marie-Hélène Lentini

Lumières : Stéphane Balny
Décors : Matthieu Beutter
Costumes : José Gomez
Musiques : Mehdi Bourayou

Une production Courants d’Art Productions
Co-diffuseur : ILI PROD

L’AUTEUR : SACHA GUITRY

 

L’oeuvre de Sacha Guitry est colossale. Elle lui a apporté la gloire et le succès à la mesure de son immense talent.

A la fois auteur, comédien, réalisateur, il a réalisé, en 56 ans de vie artistique, 36 films et 124 pièces de théâtre, dans lesquelles tous les genres sont abordés : comédie, drame, opérabouffe, comédie musicale, revue, comédie-bouffe, féerie à grand spectacle, à-propos, prétexte musical, légende musicale, fantaisie, impromptu, baisser de rideau, revue publicitaire et divertissement.

Subtile, pétillante, acerbe, aigre ou douce, son écriture, qu’elle se mette au service de farces, de comédies ou de biographies sérieuses, abonde en jeux de langage au pessimisme ironique et nihiliste, qui restent néanmoins soumis à l’extrême rigueur des constructions dramatiques.

Sacha Guitry crée en trois actes au Théâtre des Variétés, en 1948, la comédie « Aux deux colombes ».

Note d’intention du metteur en scène Thomas LE DOUAREC

C’est certainement la pièce la plus drôle du grand Sacha… Ici, Guitry s’amuse avec tous les codes du vaudeville : les portes claquent, les femmes se pâment, les baisers se volent, la bonne autoritaire, pleine de bon sens, se moque de ses maîtres, un drôle de ménage qui se fait à deux, à trois, puis à quatre, l’asile psychiatrique s’invite, les répliques font mouche, les verres se vident, tout le monde ment jusqu’à l’amnésie totale, trois femmes se battent pour le même homme, une corrida érotique se danse à deux, des soeurs s’échangent leur place, une grande Duchesse russe nous arrive du Brésil en roulant des « r » et des hanches, une parodie de procès et une fin heureuse ! Le Maître dans cette comédie ne s’installe jamais, pas de longues tirades, que des brèves qui fusent et se répondent ; cette fois, il ne s’écoute jamais parler ! Il est toujours aussi misogyne et, en même temps, amoureux fou des femmes : l’éternel paradoxe de Guitry, équilibre subtil, qui ravit nos zygomatiques ! Sacha nous invite dans un tourbillon de folie douce et nous sert, dans cette fête des sens érotisant, un grand champagne millésimé 1948 ! Une grande année pour lui, la guerre et ses soucis sont enfin derrière lui et surtout il tombe de nouveau amoureux de la belle et pétillante Lana Marconi : « Aux deux Colombes » ne serait-elle pas sa déclaration d’amour à cette jeune femme, son dernier grand amour et à toutes les femmes qu’il a aimées !?
Dès la première lecture de la pièce j’ai eu envie de couleurs primaires fortes, de mouvements, d’exotisme africain et sud-américain, de danse salsa, de grosses fleurs, de robes longues, de transparences, d’extravagance… Aussi je me suis permis de transposer la pièce à la fin des Années 60, début 70, afin d’offrir au public un festival de couleurs et de l’inviter à un carnaval bigarré de femmes colombes qui réconcilient le monde et lui apportent la paix dans un rire béat d’extase… Olé !

ils ont donné leurs avis